Accueil Bienvenue au CUSFC Services CNSS, assurance Info-Santé Contact
Info-Santé  
Les troubles de l'adolescence

L'adolecence s'étend entre l'âge de 11 et 17 ans environ. Au cours de cette période, l'adolescent passe par différentes étapes de maturation physique (avec la puberté), intellectuelle (avec la progression vers la pensée abstraite), et sociale (avec l'avènement de l'indépendance vis-àvis des parents). Dans la majorité des cas, cette étape de développement se déroule sans accro/heurts. Cependant, elle a la réputation d'être conflictuelle, voire problématique. Qu'en est-il réellemet?

A comme Acné
A l’âge où l’on redoute le regard des autres, les premiers boutons sont vécus comme un véritable handicap. Ils apparaissent chez 75% des adolescents et la poussée hormonale est souvent mise en cause dans leur apparition.
Un avis médical est nécessaire pour le traitement de l’acné (nécessitant parfois la prise d’antibiotiques). Il convient toutefois de garder à l’esprit que le processus risque d’être long avant d’obtenir des résultats concrets.


C comme Comportements alimentaires

Les changements corporels à l'adolescence sont parfois vécus avec une certaine appréhension : suis-je normal ? suis-je attirant ? On se compare alors aux copains ou même aux stars (acteurs, mannequins etc. ...) C'est la période des premiers régimes alimentaires pour perdre du poids. Il est fortement déconseillé de les suivre aveuglement car il s'agit d'une période de croissance corporelle. Il convient plutôt d'opter pour une alimentation saine et d'éviter les excès (sucreries, fritures uniquement riches en calories)
Les troubles du comportement alimentaire touchent fréquement les adolescents (les filles surtout). Les plus courants sont : L'anorexie, est caractérisée par une diminution excessive du poids avec une image de soi perturbée (la personne se sent grosse même si son poids est en dessous de la normale)
La boulimie, caractérisée par des périodes de consommation incontrôlable de grandes quantités de nourriture suivies par des vomissements provoqués ou d'autres pratiques (la prise de diurétiques, le jeun) pour éviter la prise de poids.
La prise en charge des patients est longue et comprend une thérapie familiale, une surveillance diététique, voire même une hopitalisation.

D comme Depression
Cette souffrance psychique doit être décelée au plus tôt car elle peut parfois mener au suicide.
Les parents doivent faire la différence entre la déprime passagère et la vraie depression, qui dure plus de 2 semaines; dans ce cas l'adolescent s'isole de son entourage, mange moins (ou beaucoup plus), dort mal, évite ses amis et les activités qu'il aimait, a de mauvais résultats scolaires et devient irritable.
Il est alors nécessaire de prendre l'avis d'un médecin.

E comme Exercice physique

L'exercice physique est primordial pour rester en bonne santé.
Par cela on entend une activité quotidienne en plein air ou en salle, seul ou en groupe.
Une heure de sport à l'école ne suffit pas. Souvent, de simples changements de la routine quotidienne suffisent : prendre les escaliers au lieu de l'ascenseur, consacrer moins de temps à regarder la télévision, marcher au lieu de se déplacer en voiture.
En augmentant son activité, l'adolescent se sentira mieux et plus énergique.
Il sera moins sensible à l'ennui et pourra mieux combattre le stress.



M comme Médecin

Une visite chez le médecin de famille est nécessaire à cet âge pour évaluer le développement physique et son caractère normal, pour détecter précocemnt certaines maladies telles que l'hypertension, l'obésité et pour mettre à jour les vaccins (voir rubrique V).
Le médecin prodiguera les conseils nécessaires pour une hygiène de vie optimale et pourra adresser l'adolescent à d'autres professionnels de la santé (psychologue, diététicienne...) en cas de besoin.
Le médecin discutera aussi avec le jeune des problèmes découlant des pratiques à risque (tabac, alcool, drogues etc. ) tout en gardant à l'esprit que sa capacité d'abstraction et de projection dans le futur reste limitée. Ainsi, lui conseiller d'arrêter de fumer pour éviter un cancer du poumon dans 20 ans peut s'avérer moins efficace que de lui parler de sa mauvaise haleine ou de la diminution de ses performances physiques en raison du tabac.

P comme Prévention
Durant l'adolescence, la santé est perçue comme optimale / on se croit infaillible. La sensation d'omni-puissance ("rien ne va m'arriver") pousse les adolescents à des comportements à haut risque: vitesse au volant, prise de drogues, sexualité sans précautions, prise immodérée d'alcool, de tabac, etc.
Souvent, c'est l'influence du groupe d'amis qui entraîne l'adolescent à des comportements à risque : il faut faire comme les autres pour faire partie du groupe.

R comme Relations
Pour pouvoir développer et affirmer son identité, l'adolescent prend ses distances avec ses parents qui étaient jusqu'alors les seuls modèles auxquels il s'identifiait. Il se tourne vers ses camarades qui partagent les mêmes inquiétudes et "qui le comprennent".
Ci-après, quelques conseils qui aideront les parents à surmonter l'épreuve de l'adolescence de leur enfant :
Informez-vous (lisez des livres sur l'adolescence, parlez à un professionnel de la santé...). Plus vous en saurez, plus vous serez apte à préparer votre enfant et mieux vivrez cette étape.
Parlez à vote enfant et écoutez-le.
Identifiez-vous à lui (aidez-le à accepter ses angoisses sur les changements qu'il subit, "c'est normal").
Abordez tous les thèmes avec votre adolescent (drogue, alcool, tabac...)
Faites la connaissance de ses amis ... et des parents de ses amis.
Surveillez ce qu'il lit ou ce qu'il regarde (TV, internet ...) pour pouvoir lui expliquer les informations qu'il reçoit.
Respectez son intimité (sa chambre, ses coups de fil...)

S comme Sexualité
C'est lâge de l'éveil des sens. Les transformations du corps sont vécues au début avec appréhension : "est-ce que je suis normal?". Les premières règles chez la fille peuvent lui causer une frayeur réelle si elle ne s'y attend pas. Quant aux garçons, ils peuvent vivre avec angoisse leurs premières pollutions nocturnes et se demander s'il ne s'agit pas d'une maladie !
En revanche, si l'adolescent a déjà reçu une éducation sur les transformations que son corps va subir, la transition sera moins choquante. Il doit savoir à qui s'adresser pour avoir des informations correctes. Souvent entre amis les exagérations et les mythes circulent créant un trouble chez certains!
Une bonne comunication avec les parents est primordiale. Elle doit être entamée bien avant le début de l'adolescence pour instaurer un climat de confiance.

V comme Vaccination

Les vaccins ne prennent pas fin avec l'enfance! Un adolescent doit faire un rappel contre le tétanos. les filles, surtou, doivent faire un rappel de la rubéole. C'est aussi le monet de discuter de la pertinence du vaccin contre l'hépatite B (maladie infectieuse transmise par voie sanguine et sexuelle).
En cas de voyages, certains vaccins sont recommandés. Il est important d'en discuter avec son médecin au moins 4 semaines avant le voyage prévu.

La fin de l'adolescence, tout comme son début, reste assez floue dans le temps.
Les parents noteront moins de sautes d'humeur. Pour sa part, l'adolescent se sentira de nouveau proche de ses parents et entretiendera avec eux une relation à adulte

 

fleche Double-cliquez pour remonter

© 2007 - Centre universitaire de santé familiale et communautaire
Université Saint-Joseph de Beyrouth 
Tous droits réservés
Site réalisé par l'Unité des nouvelles technologies éducatives 
www.fsedu.usj.edu.lb/unte - unte@usj.edu.lb